06/09/2007

Une voix s'éteint...

263810~Luciano-Pavarotti-Posters

Il était considéré comme le plus grand ténor vivant. L'italien Luciano Pavarotti est mort jeudi à l'âge de 71 ans. Souffrant d'un cancer du pancréas, il avait été opéré en juillet 2006 et de nouveau hospitalisé le mois dernier. Interprète entre autres de La Bohème, Tosca ou Aïda, habitué des concerts géants, il a participé à démocratiser l'opéra, et préparait un nouveau disque.

Il s'était ouvert les portes de la Scala de Milan à seulement 30 ans, avec La Bohème, et était depuis, considéré comme le plus grand ténor vivant au monde. L'italien Luciano Pavarotti est mort jeudi matin, des suites d'un cancer du pancréas. Agé de 71 ans, Pavarotti avait été opéré en juillet 2006, et s'était retiré dans sa villa de Modène. Il avait annulé, quelques mois, sa première apparition en public depuis l'intervention, et avait été hospitalisé le mois dernier pour une forte fièvre. Rentré chez lui, la presse italienne rapportait mercredi qu'il était dans un état "gravissime".

En plus de quarante années d'une très grande carrière, le colosse italien a interprété les plus grands rôles, leur offrant l'aisance et la couleur d'une voix unique. Il s'était approprié avec autant de talent Aïda, Madame Butterfly, Tosca, Rigoletto, ou La Bohème. La carrière de ce fils de boulanger, que rien ne semblait prédestiner à devenir une star internationale, s'envole dès ses premières apparitions. L'Italie d'abord, puis Londres, en 1963, lorsqu'il remplace au pied levé Giuseppe Di Stefano, malade, et triomphe. Deux ans plus tard, c'est donc la Scala qui l'accueille.

Humanitaire et populaire

Il s'envole ensuite pour les Etats-Unis, où son entrée dans le cercle des plus grands a lieu le 17 février 1972. La fille du régiment lui vaut un accueil incroyable: 17 rappels du Metropolitan Opera. Devenu le maestro que l'on connaît, il mène sa carrière brillamment, mais c'est au tournant des années 1990 qu'il devient une vedette populaire. S'il vend déjà des disques par millions, ce n'est encore rien à côté de ce qui l'attend. Son apparition à la Coupe du monde de football, en Italie, où il entonne Nessun dorma, extrait de Turandot de Puccini, lance une série de concerts gigantesques. Hyde Park, à Londres, Central Park, à New York, et à chaque fois, plusieurs centaines de milliers de personnes.

Star de l'opéra, Pavarotti le devient aussi en s'érigeant comme figure populaire. Il est considéré comme l'un des seuls dont la voix est reconnaissable aux premières notes, même à l'oreille d'un profane. Et si cela lui a valu de nombreuses critiques dans le monde de la musique classique, le ténor italien a participé de la démocratisation de son art, aux côtés notamment de Placido Domingo et José Carreras, avec qui il forme le collectif les Trois Ténors, qui multiplient les concerts géants, notamment lors des Coupes du monde. En 1998, en France, les trois hommes chantent devant la Tour Eiffel, et leur prestation est suivie par deux milliards de téléspectateurs.

Mais tout autant que pour son art, c'est pour son action caritative que Pavarotti se fait reconnaître. Au travers de Pavarotti ans Friends, il donne plusieurs concerts humanitaires entre 1992 et 2002, depuis sa ville natale, Modène, essentiellement au profit du Haut commissariat aux réfugiés. Sa collaboration, lors de ces événements, avec les plus grandes vedettes du rock et de la variété internationale - Elton John, Sting, Céline Dion, Bono ou Stevie Wonder entre autres - sert à la fois la bonne cause et celle de son domaine, l'opéra, qui trouve une fenêtre populaire sans égal. Depuis plusieurs mois, en raison de sa maladie, il avait mis cette carrière entre parenthèses. Celle-ci s'est définitivement fermée cette nuit.

 


Puccini - La Bohème - Pavarotti -Freni

 

09:15 Écrit par Tirtouf | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.